Dragons Rouges Index du Forum
 
 
 
Dragons Rouges Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

La douleur des Dragons

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Dragons Rouges Index du Forum -> La Ville Basse -> Feuillets de l'Historien
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Alassar Pluiedargent


Hors ligne

Inscrit le: 05 Juil 2010
Messages: 49
Allié

MessagePosté le: 19th Décembre 2010, 19:31    Sujet du message: La douleur des Dragons Répondre en citant

Cela a eu lieu il y a quelques semaines, alors que je filais le parfait amour avec ma tendre épouse. Tout commença à cause de cette maudite Draenei Hérida, qui ne s'est jamais caché d'être au service que roi liche. Nous nous promenions Kotory, Ollianne , Badigue et moi dans le quartier des Mages à Hurlevent quand nous l'avons croisé. Comme à son habitude, elle chercha querelle surtout auprès de Kotory qui tout en étant démoniste œuvre également pour la lumière. Ollianne et moi tentions d’aider Kotory à chasser Hérida, mais Badigue resta en retrait. Cela ne m'alarma pas outre mesure. Je savais qu'il avait des soucis en ce moment. Ce fut, je pense la plus grande de mes erreurs. Hérida le remarqua aussi je pense. C'est pour cela qu'elle partit sans faire d'histoire.

Revenons-en à Badigue, il allait de plus en plus mal. Il semblait possédé et il pensait alors être responsable du meurtre de plusieurs personnes (nous n'avions et nous n'avons toujours pas pu infirmer ou confirmer cela). Nous prîmes tous ensembles la décision de tenter un exorcisme. Kotory est la spécialiste. Le temps qu'elle mette au point son sortilège, nous conduisîmes Badigue à la chapelle de Hurlevent où il devait être mieux protégé de l'ombre qui l'envahissait. Il y fit, je pense, des escapades et il rencontra quelqu'un qui allait se servir de lui.

Le jour de l'exorcisme arriva. Nous nous rendîmes tous au repaire des démonistes dans Hurlevent. Kotory conduisit Badigue au sous-sol, là où elle pratique ces exorcismes. Tout le monde prit place en haut car c'est un lieu sacré et interdit aux non-initiés. Je m'apprêtai à descendre en tant que soigneur quand je vis que Sylycya, qui a elle-même subit un exorcisme il y a peu de temps, s'apprêtait à me suivre. De peur pour elle, au vu de sa nouvelle fragilité, je lui conseillai de rester en haut avec les autres membres de la guilde. Elle s’y refusa et s'obstina à vouloir descendre. Je ne pus me permettre d'accéder à sa demande. Le danger était trop grand pour une jeune fille fragile et sans pouvoir. Elle tenta de passer malgré tout. Je dus utiliser un sortilège pour l'endormir et la déposer sur une table du bar (j'apprendrai plus tard qu’à son réveil, vexé, elle s'est réfugié dans la cathédrale)

Je descendis au plus profond du sous sol où Kotory avait déjà commencer son rituel. Tout semblait bien se passait. Kotory contrôlait la situation. Quand, tout à coup, tout dérapa. Badigue sortit une petite dague ensorcelée et, alors que je me tenais prés de lui, me la planta dans le ventre. Je m’effondrai aussitôt. Kotory, à ce que l'on m'a raconté, s'effondra elle aussi quelques secondes après du fait du lien qui nous uni. C'est à ce moment la, que Biotte, entra dans la pièce qui lui était interdite. Badigue qui était encore prisonnier du sortilège de Kotory la regarda et lui demanda de la libérer, ce qu'elle fit. Il prit rapidement la fuite. Biotte ne sachant que faire partit elle aussi. C'est a ce moment la que Tuber voyant partir Badigue et Biotte en courant et ne nous apercevant pas remontés Kotory et moi, qu'il commença à s'inquiéter. Il prit son courage à deux mains et descendit au plus profond du sanctuaire des démonistes et c'est là qu'il découvrit nos deux corps allongés et mon sang se répandant dans la pièce.

Tuber, ne sachant que faire pour nous venir en aide, partit à la recherche de la personne qui pourrait prendre une décision, Sylycya. Ne la trouvant plus dans l'auberge, il courut dans tout Hurlevent. Sachant qu il n’avait que peu de temps, il s’arrêta pour réfléchir, et la cela lui apparut comme une évidence. La CATHEDRALE. Il courut jusqu'à cet immense bâtiment, là, il trouva Sylycya en train de pleurer et en pleure du fait des mes remarques. En voyant la panique dans le regard de Tuber, elle comprit instantanément que chose dramatique venait de se produire. Elle se releva instantanément et ils se mirent à courir jusqu'à la scène du crime. Une fois arrivé, elle s’empressa de nous examiner, elle se rendit très vite compte de la situation critique dans laquelle nous étions. J’étais aux portes de la mort et le souffle de ma bien aimée Kotory devenait de plus en plus faible. Notre chère légat eu un souffle de panique mais se ressaisit très rapidement. Elle examina Kotory, mais ne trouvant pas l’origine de son mal se tourna vers moi. Le sang continuait de couler de ma plaie Elle tentait d’arrêter l’hémorragie quand une chose totalement inattendu se produisit. Les mains de Sylycya furent baignaient de lumière et elle ressentit en elle un grand élan de compassion. En appliquant ses mains sur ma blessure cette dernière se referma petit à petit. Je sentis cette lumière m’envahir et soigner tout mon être. De par la même, Kotory retrouva un souffle régulier et se réveilla de son coma. Je la suivis quelques minutes plus tard. Nous étions tout les deux très affaibli, mais la nouvelle magie lumineuse de Sylycya nous avez sauvé. Nous partîmes tous nous reposer en nous jurant de très rapidement retrouver Badigue et Biotte.

Quelques jours plus tard, remis de nos blessures et alors que nous nous apprêtions a partir a la recherche des dragons en fuite, je reçu une lettre anonyme. Lorsque je l’ouvris, le monde se déchira sous mes pieds. Ma femme venait d’être enlevé. Il n’y avait aucune demande de rançon ni de mobile j’étais juste pour m’avertir afin de me faire souffrir et, une seule personne souhaitait cela, HERIDA. Je savais que Sylycya se baladait dans Hurlevent je m’y rendit le plus vite possible et criant son nom a tue tête, je finit par la retrouver dans le quartier commerçant. Je lui montra la lettre Elle partit immédiatement en me signifiant de la retrouver dans une heure a l’auberge du quartier des mages. Une heure plus tard, alors que j’étais déjà dans l’auberge je l’a vit arriver avec deux membres de notre ordres Kabäll et Tuber. Tuber nous signala qu’il savait ou se trouver Badigue nous y partîmes tous sauf Sylycya qui partit pour Theramore pour essayer de mobiliser les autres membres de l’ordre.

Tuber nous conduisit à la cathédrale où nous trouvions un Badigue faible et apeuré. La colère m’envahit. J’eus toutes les peines du monde à la contenir. Je demanda alors a Badigue de mon ton le plus ferme où était ma femme. Ca seul réponse fut « je ne sais pas » et c’est a ce moment la, qu’il nous avoua toute la vérité sur l’accident de l’exorcisme.

En fait, si mes pensées sont encore cohérentes, Badigue était possédés par deux entités dont malheureusement les noms m’échappent. Enfin une de ces entités était bonne et l’autre, des plus maléfiques. Il semblerait que pour se soigner, selon l’entité du bien, si je puis dire, il devait blessé un ami jusqu’au sang et le trahir en s’alliant avec son pire ennemi et, a mon grand désespoir je fut la personne qu’il a choisit. C’est à ces fins qu’il a saboté une de ses rares chances de sauvetages, l’exorcisme de Kotory afin de me poignarder avec une dague ensorcelée. Cette fameuse dague lui avait était fournie par Hérida, mon ennemi juré. Il avait bien effectué da besogne, mais il ne paraissait pas guéri pour autant. Il ne m’avait parut jamais aussi perturber. Pour ainsi dire, il était devenu fou. Le peu d’information cohérente que nous sommes parvenu a lui arracher sont que Biotte s’est enfui avec la dague et que selon toute vraisemblance , c’est effectivement Hérida qui a enlever Kotory en pleine fête des moissons e l’entrée de Hurlevent. Après cela il s’enfuit comme un fou et nous n’entendîmes plus jamais parlait de lui. Personne ne sait s’il est mort ou bien terré dans un trou quelque part sur ce monde. Qu’Elune veille sur lui.

Nous partîmes de ce pas à l’entrée de la ville où avait lieu la fête. Sylycya qui en route pour le port avait rencontrée notre valeureuse Tatsuki s’était servi de la magie des portails des mages pour aller à Theramore, elle y trouva Olianne et revient avec elle aussi rapidement qu’elle y était parti grâce au portail de Tatsuki. Les renforts nous rejoignirent donc à l’entrée de Hurlevent. Notre premier réflexe fut t’interroger les commerçants, car se sont les seuls à être présent toute la journée. Mais les gens sont devenus méfiants à notre époque et il est difficile de délier les langues. Une seule petite information parvient à notre portée. C’est le description d’un vieil alcoolique qui criait partout avoir assister a une altercation violente. Nous avons alors essayer de le trouver mais le temps passant, il y avait de plus en plus de monde venu célébrer la fin des moissons. Nous décidions alors d’aller à l’auberge de comté de l’or, où l’aubergiste est un ami de l’ordre.

Une fois a l’auberge tout le monde en profita pour se détendre les jambes en s’asseyant a une table, tout le monde prit un verre mais très peu réussir a le boire tellement l’angoisse nous nouer la gorge. Au bout d’un petit moment l’aubergiste vient vers nous et c’est alors que nous lui présentions notre requête. Il reconnut très facilement l’homme que nous recherchions et ne se rappelant plus de son nom, il nous indiqua ou ce vieil alcoolique cuvée son vin, au abord d’une ferme dans la foret d’Elwyn. Nous nous sommes aussitôt mis en route. Une fois arriver localiser notre homme ne fut pas difficile, il nous suffit de suivre les ronflement sonore. Un bon sceau d’eau fraîche nous permit de le réveiller de la manière la plus rapide qu’il soit. Au départ, renfrognée et encore ivre, il chercha à nous attaquer. Mais il comprit vite qu’il ne serait pas de taille contre de féroces défenseurs de l’alliance. Il décida donc de bouder. Je ne m’attendais vraiment pas à cela et je pense que nous avons tous était un peu pris de cours. Mais je connais un moyen imparable pour délier les langues de ce genre de personnes. Une jolie bourse d’or bien rempli.2trangement, notre vieil alcoolique parut d’un seul coup, limite sobre. Profitant de sa cupidité nous lui demandions donc des informations sur une altercation au cours de la fête des moissons. Il ne se fit pas prier pour répondre. Selon ces dires, une femme bleue a cornes serait venu et aurait attaqué une jeune femme avec l’aide de personnes portant des foulard rouges. Malheureusement, il avait trop bu pour se rappeler quoi que se soit de plus. Je lui donnais tout de même la bourse d’or et nous repartîmes à Hurlevent. Sur le chemin du retour nous nous mimes tous d’accord sur le fait que la draenei Hérida avait fomenté tout cela avec les défias. Mais personne ne sut réellement dans quel but.

Une fois devant Hurlevent nous vîmes un grand attroupement au bord des douves. Nous nous joignîmes à la foule pour aller voir. Un triste spectacle nous y attendait. Une jeune Elfe de la nuit s’était noyée. Les gardes la sortirent de l’eau et la Olianne poussa un cri. Il s’agissait de Biotte. Cela nous affligea tous. Nous descendîmes vers le corps. Sylycya usa de son autorité pour que nous puissions fouillé le corps. Et la tout s’expliqua. Biotte s’était enfui avec la dague maudite et a présent, elle était morte et la dague disparut. Il ne fit aucun doute qu’Herida l’avait noyé pour récupérer la dague. Cela nous affecta a tous énormément.
Nous rentrâmes tous à l’auberge pour s’y reposer pour la nuit. Nous partirons le lendemain a la recherche des défias. Pour les Dragons Rouges la nuit fut longue. L’avenir ne nous a alors jamais parut aussi obscur.
_________________
Qu'Elune vous protége.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 19th Décembre 2010, 19:31    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Alassar Pluiedargent


Hors ligne

Inscrit le: 05 Juil 2010
Messages: 49
Allié

MessagePosté le: 4th Février 2011, 10:36    Sujet du message: La douleur des Dragons Répondre en citant

Au petit matin, après une nuit difficile pour chacun de nous, nous nous retrouvions tous à l’entrée d’Hurlevent. Partir en chasse des défias c’est bien, mais savoir où aller c’est mieux. Malheureusement la seule information que nous ayons pu déceler sur ces renégats fut qu’il occupés une vieille ville en ruine au centre de la marche de l’ouest. Apres avoir étaient chercher nos montures, nous primes la route au petit trop. Le trajet fut long et silencieux la plupart du temps, nous étions tous plongés dans nos pensées. Même Kaball fut presque silencieux. Il était midi passé quand nous arrivions, armées jusqu’aux dents dans cette ville de coupe gorge nommé Ruisselune. Et là, quelle ne fut pas notre surprise. Nous n'y trouvions aucun défias, ils avaient tous disparu. La ville était a présent occupé par des malheureux ayant tout perdu avec le cataclysme. Il y avait beaucoup de blessés. On sentait le malheur transpirait dans ce patelin. Tous les Dragons rouges furent pris de compassion à la vue de ce spectacle. Nous décidions alors de rester un jours ou deux dans cette ville de souffrance et cela pour deux raisons. La première était bien sur de venir tous en aide à ces pauvres âmes. La seconde est que tout simplement nous ne savions plus ou aller. Il nous fallait tenter de trouver des renseignements sur la planque des défias. Nous nous sommes tous séparé avec ces deux idées en têtes en nous promettant de revenir une fois notre mission accomplie.

Nous nous sommes tous retrouver deux soirs plus tard, éreinté, fatigué, mais nous savions que nous restions fidèle à la volonté de Kotory en venant au secours de ces miséreux. Sylycya nous annonça que le lendemain nous reprendrions la route. Elle savait ou se cacher la dernière poche rebelle des défias. Lors que je me couchai, je m’endormis soulagée d’avoir pu quelque peu aider ces pauvres âmes mais angoisser par l’avenir et terrifié pour la vie de mon épouse.

Au matin nous primes la route, mais pas celle a laquelle je m’attendais. Sylycya nous mena dans un vieux clocher à l’intérieur de la ville. Elle nous signifia que la route était souterraine. Mais je ne suis pas un nain et les elfes sont légèrement claustrophobes, les espaces clos ne sont pas nos lieux de prédilections. Mais pour retrouver ma femme je ne reculerai devant rien.
Seule Olianne refusa de nous suivre. Elle nous certifia qu’elle serait plus utile à aider ces pauvres malheureux en nous attendant. Nous fumes tous un peu surpris mais si son cœur lui dictait cette conduite nous ne pouvions nous y opposer. Sylycya entra la première, suivi de Tuber. Nos mages Kaball et Tatsuki venaient ensuite, et je fermai cette marche qui s’enfonça rapidement dans les ténèbres.

Alors que nous nous enfoncions toujours plus profondément dans ces galeries nommées à juste titre Mortemines. Nous nous rendions compte que le chemin ne serait pas facile, voir même tortueux. Il nous fallut explorer de nombreuses galeries, faire de nombreux demi tour. Mais après ce qui me sembla une éternité, nous entendîmes des coups de canons. Nous avions enfin trouver le repaire des défias. Prudemment nous nous rapprochions du bruit. Ca y est nous avions trouver notre premier défias. Les mages l’immobilisèrent grâce à leur magie. Tuber dégaina son épée et je me métamorphosai en un ours massif et effrayant. Voyant arriver tout ce monde, le défia commença a paniquer. Sylycya s’approcha très près de lui et commença un interrogatoire très stressant qu’elle mena de main de maître. Elle n’est pas notre légat pour rien. Nous n’avons obtenu que peu de renseignement, mais celui ayant le plus de valeurs était l’emplacement du chef défias, il était au fond de ces cavernes. Sur un bateau sur le départ.

Notre petit groupe accéléra donc le pas, tout ennemi hostile fut éliminé rapidement et proprement. La grosse difficulté fut de passer les canons installés sur le bateau et qui nous tiraient dessus alors que nous étions a terre. Heureusement Kaball et Tatsuki renvoyer les boulets à la propriétaire à toute vitesse. Ce qui aurait pu être un parcours mortels, ce transforma finalement en promenade de santé grâce au effort conjugué de chacun.

Une fois monté a bord du navire, nous savions que le chef des défias ne nous échapperait pas. Nous montions donc sur le pont supérieur et effectivement le capitaine se trouver bien là. Mais qu’elle ne fut pas notre surprise, il s’agissait d’un worgen. C’était l’un des premiers de cette nouvelle race et, il avait déjà trahi l’alliance. Une fois de plus Sylycya commença l’interrogatoire. Mais il fut beaucoup plus difficile à impressionner. Il nous répondit simplement qu’ils nous donneraient toutes les informations que nous cherchions seulement contre de l’or. Et qu’avec tous les dégâts que nous avions causés, il lui en faudrait beaucoup. Ma petite Kotory valant bien tout l’or du monde, je lui tendis une grosse bourse de 1000 pièces d’or. Il sourit satisfait, révélant une longue rangée de crocs acérés. Le reste fut très rapide. Il nous appris qu’Herida l’avait tout simplement payé pour avoir leur assistance, il ne s’agissait nullement d’une alliance. C’était une cliente. Il nous appris également que la destination d’Herida et de sa prisonnière était Cabestan. Il n’en savait pas plus. Il nous ordonna de partir sur le champ a présent. Ce que nous fîmes immédiatement. Nous avions pris suffisamment de retard sur Hérida.

A notre sorti des Mortemines, nous cherchions Olianne pour partir, mais elle n’était plus la. Un enfant nous remis une lettre de la jeune femme. Elle trouvait la vie d’aventurier trop dur, et elle était repartie vivre dans sa famille dans les Carmines. C’est donc un petit groupe de cinq Dragons rouges qui se rendit a monture a Baie du Butin pour un voyage qui de plusieurs jours à bord d’un bateau qui nous mènerai a Cabestan. C’est en pensant au nombre de dragons que cette tragédie nous coûtait que je me rendis compte qu’Herida avait mené de main de maître toutes ses manigances.
_________________
Qu'Elune vous protége.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 13:15    Sujet du message: La douleur des Dragons

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Dragons Rouges Index du Forum -> La Ville Basse -> Feuillets de l'Historien Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com